Accueil » Les reserves » Les reserves: l’aïl des ours.

Les reserves: l’aïl des ours.

Comme chaque année a cette saison, l’aïl des ours embaume les routes de ma region, et cette odeur c’est comme un portail temporel. Je ne peux pas m’empêcher de prendre de grandes inspirations des que ces fleurs s’ouvrent! Cette année avec d’abord le froid, puis la pluie quasi continue, les senteurs ont tardés.

Mais nous y voila, et avec elles les deux journées ( oui je sais c’est chronophage^^) pour le récolter, préparer, sécher et embouteiller cette épice sauvage mais si délicieuse. Pour ceux et celles qui ne connaitraient pas, l’aïl des ours est comme son nom l’indique un ail, sauvage, délicat et très parfumé. Il pousse dans les bois, les abords de rochers et donc arrive a maturité au mois de mai environ.

étape 1: la cueillette:

Pour le trouver rien de plus facile suivez votre nez! une touffe de feuilles de 10-20 cm de longueur avec en son centre une ou plusieurs tige couronnée de fleurs blanches typique des alliums. Choisissez un endroit pas trop pres des chemins ou des routes prenez un sac, une paire de ciseaux, et hop on coupe! Meme si cette plante est très prolifique, j’essaie de ne pas couper plus d’une plante sur deux afin d’en assurer la pérennité, ma zone de cueillette est donc un peu plus étendue que de simplement raser un metre carré en entier.

étape 2: Le nettoyage:

Alors la c’est a vous de voir, perso, je ramasse les touffes et je trie une fois rentrée; mais vous pouvez le faire directement sur place…. Donc, il faut trier les bonnes feuilles, des fleurs et feuilles abimées ou jaunies….

Ensuite je leur fait prendre un bain dans mon évier +ou- 5l d’eau, une tasse de vinaigre et deux cuillères a soupe de sel, je les laves grossièrement puis les laisses tremper 10 min, ensuite rinçage, j’en profite pour enlever les petites crasses qui resteraient sur les feuilles. Et les mets en passoires. Puis, je les pose a plat avec un essuie entre chaque épaisseur. et les laissent terminer de « sécher ».

étape 3: la déshydratation:

J’utilise mon micro onde pour ceci, vous pouvez les sécher au four ou avec un déshydrater, mais vu la quantité je préfère le faire comme ca. Sur une assiette, je pose deux essuies tout, une couche de feuilles, alternativement en terminant pas du papier, mes feuilles sont donc « emballées ».

30 sec a pleine puissance, puis 30 sec d’arrêt hors mo. Retourner le tout puis re 30 sec, etc . après 3-4 aller retour, vos feuilles vont devenir très fines, presque comme du papier, c’est « prêt », je les transfère dans un plat et les laisse terminer de sécher a l’air libre, au bout de 3-4 min elles deviennent extra sèches et s’écrasent au touche. Le temps de cuisson depends de l’épaisseur des feuilles et de leur nombre, mais aussi de la puissance de votre mo. J’aime cette technique car elle preserve la chlorophylle dans les plantes et celles ci gardent une belle couleur vert fonce.

étape 4: Le mixage:

Ici aussi vous avez le choix, le pilon, le couteau ou le mixer, j’utilise mon grand mixer.

Remplir le mixer avec une poignée de feuilles sèches, mixer, ajouter des feuilles, etc, quand tout est réduit en poudre, mettre en bocal rapidement afin qu’elle ne prenne pas l’humidité

aillum ursinum

Voici l’equivalent de deux heures de séchage, ou 2 passoires…

A vous maintenant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s